Abd Rabu Mansour Al Hadi, futur Président du Yémen

En cuisine, les haricots rouges sautent dans la casserole. La pâte à pain gondole à sous l’action de la chaleur du feu de bois. Il est 20h10. Ce soir Ali fait le plein. A la tête d’une des plus populaire gargote du vieux Sanaa, il est habitué à l’affluence. C’est donc sans scrupule qu’il délaisse un instant les estomacs qui gargouillent pour une tâche de la plus haute importance.  Il a décidé de remplacer le portrait de son ex-Président par celui de son successeur Abd al-Rabo Mansur al-Hadi. Cela faisait vingt-cinq que la moustache et les lunettes de soleil d’Ali Abdullah Saleh accueillaient ses clients.  Des voix s’élèvent. On crie au scandale.

Abd al-Rabo Mansur al-Hadi ne fait pas encore l’unanimité au Yémen. Il faut dire qu’il n’a pas été choisi par le peuple, mais imposé.  Sa participation à la présidentielle intervient suite à la signature du plan du Golfe par Ali Abdullah Saleh le 23 novembre 2011. Le document prévoit la tenue d’élections trois mois après la signature, avec un candidat unique pour l’opposition et le régime, Abd al-Rabo Mansur al-Hadi.  Ces conditions ont entravé la participation d’autre candidat au scrutin. Hadi concourt face à lui même pour des élections qui au final n’en sont pas vraiment.

QUI EST-IL ?

Les Yéménites connaissent très peu ce politicien au crâne dégarni. Il occupe depuis 1994 le poste de vice-président, mais il n’a jamais joué un rôle politique important avant qu’Ali Abdallah Saleh ne soit blessé, en juin, dans un attentat et ne se rende en Arabie saoudite pour se faire soigner.

Comme son prédécesseur, c’est un militaire de carrière. Né le 1er  mai 1945 dans le village de Dhakin, dans la province sudiste d’Abyane, où le réseau d’Al-Qaida est aujourd’hui fortement implanté, il est diplômé de l’école militaire d’officiers du Yémen du Sud en 1964. Il suit ensuite un cycle de formation militaire en Grande-Bretagne, dans la prestigieuse académie militaire de Sandhurst, puis une formation spécialisée dans les armes blindées au Caire jusqu’en 1970.

Il continue à gravir les échelons dans l’armée sous la République démocratique et populaire du Yémen (sud), seul État marxiste arabe qui avait des liens étroits avec l’Union soviétique. En 1976, il bénéficie d’une formation de commandement et d’état-major en Union soviétique, qui dure quatre ans, et fait ensuite partie de commissions d’achat d’armes à l’URSS.

Durant la guerre civile de 1994 entre le Nord et le Sud, Hadi se range du côté des « zumras ». Ce terme arabe désigne le groupe de Yéménites du Sud qui ont soutenu Ali Abdallah Saleh contre les socialistes séparatistes. Il est nommé ministre de la défense en mai 1994, puis, le 4 octobre 1994, il est nommé vice-président par le président Saleh qui, issu lui-même du Nord, a besoin d’un numéro deux méridional pour renforcer l’unité du pays.

Sans base populaire ou tribale, il s’est cependant révélé un homme de consensus. Secrétaire général du Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir), il a contribué à convaincre le président Saleh de signer en novembre l’accord de sortie de crise en vertu duquel il deviendra aujourd’hui président pour une période intérimaire de deux ans.

SUR QUELS SOUTIENS PEUT-IL COMPTER ?

Si, autrefois, ses origines ont fait sa force, aujourd’hui elles pourraient bien devenir sa faiblesse. « En tant qu’homme du Sud, Abd Al  Rabo possède peu d’alliés politiques au Nord. Il est donc fort probable qu’il subisse de fortes pressions des élites nordistes, qui peuvent faire jouer leur expérience politique des dernières années. Isolé du pouvoir par ses supérieurs, Hadi, lui, n’en a aucune ! », explique le politologue yéménite Abdul Ghany Al Iryani.

Un point qui n’inquiète guère les opposants au régime de Saleh. Au contraire. « Même si c’est un homme du régime, il est moins responsable des problèmes du pays et est moins corrompu que les autres », estime Abdul Wahab sous sa tente de la place du Changement, le campement des révolutionnaires à Sanaa.

CHARLOTTE VELUT, à Sanaa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s