Le troisième terroriste le plus recherché par les Etats-Unis retrouvé vivant au Yémen

En donnant une interview à un journal saoudien le 16 décembre dernier, Fahd Mohammed Ahmed Al-Quso prouve qu’il est bien vivant, discréditant l’hypothèse de sa mort par un drone américain au Pakistan en septembre dernier.
Regard droit et déterminé, tête enrubannée d’un tissu beige et veston militaire, voilà comment apparaît Fahd Mohammed Ahmed Al-Quso sur le cliché paru dans le journal saoudien Asharq Al-Awsat jeudi dernier. En posant aux côtés du journaliste qui l’a interviewé, Quso apporte la preuve qu’il est toujours en vie.
Dans l’entretien, l’homme s’étonne des « rumeurs » qui couraient sur sa mort. Plusieurs reportages avaient en effet affirmé son décès le 8 septembre dernier suite à une attaque de drone américain dans la région du Warzistan au Pakistan. Lui ne comprend même pas comment on a pu le croire au Pakistan, « il est bien plus intéressant d’être au Yémen au regard de la situation actuelle dans ce pays et notamment de la crise avec le gouvernement » explique-t-il.

Confronté à de nombreux challenges, le Yémen constitue en effet un terrain attrayant pour Al-Qaïda. « La nébuleuse terroriste arrive à s’implanter grâce aux conflits ouverts qui se déroulent au nord et au sud du territoire. Elle trouve facilement des gens vulnérables prêts à s’engager » confesse Aish Ali Awas, chercheur sur les mouvements terroristes au centre d’Etudes Stratégiques Sheba, un organe de réflexion yéménite indépendant.

« Armé et dangereux » d’après le FBI

Née à Aden, la deuxième ville du Yémen, Fahd Mohammed Ahmed Al-Quso est notamment accusé par le FBI d’avoir participé à l’attentat contre le navire USS Cole le 12 octobre 2000 à Aden au cours duquel dix-sept marins américains avaient trouvé la mort.
Condamné à sept ans d’emprisonnement par les autorités yéménites, il sera relâché au bout de trois, contre avis de Washington.

Quelques jours avant la parution de la photo dans le titre saoudien, Al-Quso avait été désigné comme « terroriste international » par le Département d’Etat américain et ajouté à la liste du comité des sanctions contre Al-Qaïda et les Taliban des Nations Unis. Crée en 1999 conformément à la résolution 1267, cet organe onusien dénombre les personnes et entités associées à Al Qaïda, Oussama Ben Laden ou les Taliban, passibles de sanctions.

Spécialiste du Yémen depuis plusieurs années, Grégory Johnsen s’étonne sur son blog Waq al-Waq qu’un journaliste réussisse à atteindre le troisième terroriste le plus recherché par le FBI derrière Oussama Ben Laden et Ayman al-Zawahiri ; et pas les Etats-Unis. Il rappelle que cet événement n’est pas une première ; « vous souvenez-vous de l’interview d’al-Awlaqui –autre membre recherché d’AQPA- par Al Jazeera en janvier dernier ? » questionne-t-il.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s